Actualités

La faculté de théologie protestante de Montpellier organise, tous les jeudis du premier semestre 2019-2020, de 18h à 20h, 

un cours public sur le thème : 

D'où vient la laïcité ? Où va-t-elle ?

Programme : 

3 octobre : La laïcité est-elle une question théologique ? 
Christophe SINGER, maître de conférences en théologie pratique, IPT – Montpellier. 

10 octobre : Cultes et laïcité : évolutions récentes et interrogations (2011-2019) 
Jean-Daniel ROQUE, président de la commission “Droit et liberté religieuse” de la Fédération Protestante de France. 

17 octobre : La laïcité en question : la fin d’un consensus ? 
François CLAVAIROLY, président de la Fédération protestante de France. 

24 octobre : La laïcité aujourd’hui en France : comment la définir et comment la faire vivre ? 
Nicolas CADÈNE, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité. 

7 novembre : Les laïcités dans le monde, retour sur une exception démocratique 
Valentine ZUBER, directrice d’études à l’École pratique des hautes études. 

14 novembre : Comment l’esprit pourrait-il ne pas être laïc ? Dialogue sur la compréhension de l'Église de l’apôtre Paul 
Céline ROHMER, maître de conférences en exégèse du nouveau testament,  IPT – Montpellier

21 novembre : Sortir le religieux de sa boîte noire 
Pierre GISEL, professeur honoraire de théologie et de sciences des religions, Lausanne. 

28 novembre : Le rôle du droit dans la construction de la laïcité française 
Michel MIAILLE, professeur honoraire de droit et science politique, Université de Montpellier. 

5 décembre : La République laïque mène-t-elle des politiques publiques en matière religieuse ? Philippe GAUDIN, directeur de l’Institut européen en sciences des religions. 

12 décembre : De la reconnaissance à la tolérance : prémices d'une “pensée laïque” dans la Bible hébraïque ? 
Dany NOCQUET, professeur d’exégèse de l’Ancien Testament, IPT – Montpellier. 

19 décembre : De Bayle à Ricœur, le paradoxe politique de la laïcité, et sa situation contemporaine Olivier ABEL, professeur d’éthique et de philosophie, IPT – Montpellier

_____________________________

Le méthodisme et les autres protestantismes en France
Journée d’étude organisée à l’Institut Protestant de Théologie,
Faculté de Montpellier, 13 rue Louis-Perrier,
Salle Gide

La Société d'histoire du protestantisme de Montpellier vous convie à cette journée d'études qu'elle co-organise, 
samedi 23 novembre 2019, de 9h à 17h.

Argumentaire : 
Le programme de la journée d’étude 2019 veut témoigner à nouveau du rayonnement du méthodisme, en élargissant l’étude à ses relations, qu’elles soient amicales, concurrentielles ou même conflictuelles, avec les autres protestantismes présents dans l’hexagone. 
N’ayant comme seule interlocutrice, au début du XIX e siècle, l’Église réformée de France divisée à partir de 1848, ces relations se sont complexifiées entre 1870 et 1939 par l’apport, nombreux et varié, de théologies et d’ecclésiologies venues d’outre-Atlantique. 
Nous souhaitons réunir, pendant cette journée d’étude, un certain nombre de spécialistes ayant tous pour mission d’explorer les relations de ces protestantismes exogènes avec le méthodisme wesleyen en France.
Programme
9h-9h15 : Accueil des participants et présentation de la journée par Jean-Louis Prunier
9h15-10h : « Méthodisme, Mouvements radicaux de sanctification, et pentecôtisme en France (1870-1938) : trajectoires et relations » par David Bundy
10h-10h30 : discussion animée par Jean-François Zorn

11h-11h45 : « “Esprit qui les fis vivre...” Le pasteur réformé Louis Dallière (1897-1976) et le renouveau d’une pneumatologie protestante en France » par David Bouillon

13h45-14h30 : « La mission méthodiste épiscopale américaine en France de 1905 à 1931, ses liens avec les autres Églises » par Christiane Guttinger
14h30-15h15 : « “En avant : notre cri de guerre !” L’arrivée de l’Armée du Salut en France et ses relations avec les Églises protestantes à la fin du XIX e siècle » par Marc Muller
15h15-16h : discussion des deux interventions animée par Gilles Vidal
Conclusion de la journée par Pierre-Yves Kirschleger


___________________________________

La Société d'histoire du protestantisme de Montpellier a le plaisir de vous convier à la conférence que donnera 


Madame Simone MAZAURIC,
de l'Académie de Nîmes,
Professeur émérite de philosophie de l'Université de Lorraine,

"Le physicien nîmois Claude GUIRAUD (1612-1657) et la vie savante dans le Midi réformé"

mardi 27 mars 2019, à 17h30,

à l'Université Paul-Valéry,
Site de Saint-Charles (place Albert-1er),
salle 001 (au rez-de-chaussée, cour de gauche).

Tram : L1 et L4, arrêt Albert-1er.
Entrée libre.

Conférence organisée par le laboratoire CRISES de l'Université Paul-Valéry.




____________________________



* Vidéo-conférence en ligne :

Vous pouvez retrouver sur le site de la médiathèque de Montpellier, dans le cadre du cycle de conférences consacré à l'histoire de Montpellier, la vidéo sur le
par Pierre-Yves Kirschleger (Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Cette conférence est la septième d’un cycle consacré à la présentation des principales conclusions de la nouvelle Histoire de Montpellier, publiée chez Privat, en janvier 2016.
 Le patrimoine protestant dans la ville de Montpellier est extrêmement modeste, à tous les points de vue : c’est un patrimoine qui ne remonte pas au-delà du XIXe siècle ; les bâtiments sont très peu nombreux (deux temples et un cimetière), et leur décoration, intérieure et extérieure, est en général réduite à sa plus simple expression.
Or le paradoxe est que ce patrimoine n’est pas le reflet du rôle joué par le protestantisme et par les protestants dans l’histoire de la ville : à la fin du XVIe siècle, Montpellier est une capitale politique et intellectuelle protestante. Et si le protestantisme survit clandestinement au XVIIIe siècle, il retrouve au XIXe une place de premier plan.
 Cette conférence met en lumière le rôle joué par les protestants dans l’histoire de la construction de Montpellier, dans les domaines politique, économique, scientifique ou culturel (comme l’exposition Frédéric Bazille l’a illustré).



Expositions

Exposition 2018 : 

"Muses & Grisettes. Les dames de Montpellier"


Exposition au Musée Fabre - Hôtel Sabatier d'Espeyran, à Montpellier.


Présentation :
Du 10 mars au 3 juin 2018, à la faveur d’un partenariat original avec l’Université Paul-Valéry et l’Ecole supérieure d’ArtFX, le Musée Fabre de Montpellier organise une exposition innovante, à voir et à écouter, consacrée aux femmes de Montpellier : un parcours patrimonial, multimédia et parfois impertinent, où l'on redécouvre l'histoire des femmes de la ville au fil des salons luxueux de l’Hôtel Sabatier d’Espeyran.
Alors que les femmes sont encore le plus souvent « les oubliées de l’Histoire», le projet vise à mettre en exposition les recherches historiques récentes (Histoire de Montpellier et Montpellier, cité des belles dames, Privat, 2016) dans le cadre d'un projet pédagogique mutualisant les compétences de différentes filières de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3 et de l'école ArtFX, en collaboration avec les professionnels du musée Fabre. 
A travers une centaine d’oeuvres dans des registres très différents (tableaux, lithographies, accessoires, costumes, parures, ouvrages anciens…), ainsi que des effets spéciaux et sonores, le visiteur rencontrera des dames de la noblesse du 17e siècle habituées des salons précieux, à l’image de Madame de Castries que Mme de Sévigné elle-même appréciait pour son élégance et son esprit. Le visiteur redécouvrira une figure féminine mythique de Montpellier : la grisette ; à mi-chemin entre la fille du peuple et la demoiselle de la bonne société, sa renommée illustre à la fois l’histoire économique de la ville, l’élégance des Montpelliéraines et les origines légendaires de la cité surnommée le « mont des jeunes filles ».
Parmi les belles dames de Montpellier, l'exposition présente également une figure de la grande bourgeoisie protestante montpelliéraine, Madame Gaston Bazille, la mère du peintre Frédéric Bazille. Une des oeuvres de ce dernier, la Vue de village, fait l'objet d'une réappropriation par les étudiants de l'école ArtFX : le visage de la fille des métayers de la famille Bazille est remplacé, grâce au numérique, par le visage d'une jeune fille d'aujourd'hui.
Parmi les livres exposés, un livret inconnu des bibliographes, publié en 1561 et conservé en un unique exemplaire au Musée Médard de Lunel: Les conditions et vertus requises en la femme fidèle et bonne mesnagère : contenues au XXXI chapitre des Proverbes de Salomon ; plus un sermon de la modestie des femmes en leur habillemens par M. Jean Calvin : outre plusieurs chansons spirituelles. Le livre s'ouvre sur une page de musique notée: Théodore de Bèze, l'auteur de ces strophes, dépeint une éthique familiale, où « vertu et dignité reluisent en la femme habillée modestement ».

Commissariat : Florence Hudowicz, conservatrice des arts graphiques et décoratifs, Hôtel Sabatier d’Espeyran, Musée Fabre Montpellier Méditerranée Métropole, et Maguelone Nouvel-Kirschleger, chercheuse en histoire, laboratoire CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3.

L'exposition est visible du 10 mars au 3 juin 2018 (le mardi après-midi et le week-end).

______________________________

Collecte des archives privées et familiales protestantes : appel à donation

Les archives sont notre histoire et notre patrimoine !

Dans les caves et les greniers veillent des trésors de papiers et une partie de l’histoire du protestantisme du Midi. Or ces documents, par ignorance ou par mégarde, sont le plus souvent menacés de dispersion ou de disparition lors des déménagements.

Ces vieux papiers, qui nous semblent sans intérêt, sont au contraire très précieux pour reconstituer l’histoire du protestantisme, dans tous ses aspects (mentalités, coutumes, vie sociale, économique, politique, etc.). L’expérience montre qu’un papier qui nous semble anodin est en réalité révélateur de tout un pan de l’histoire !

C’est pourquoi la Société d’Histoire s’associe à la collecte des archives privées protestantes lancée par la bibliothèque de la Faculté de théologie protestante de Montpellier en partenariat avec les Archives Départementales de l’Hérault.

L’objectif est double : d’une part la sauvegarde de ces archives, menacées par l’oubli et la destruction ; d’autre part la valorisation scientifique de ce patrimoine protestant à travers l’étude et la recherche historique, sociologique ou théologique.

Tout type de document en rapport avec l’histoire du protestantisme est concerné : qu’il s’agisse d’une seule lettre, d’une seule photo, d’un manuscrit, d'un livre de comptes, d’un journal, d’un imprimé, ou d’un ensemble de documents, sur la vie de l’Église, la vie d’une association protestante, la vie d’une famille ou d’un protestant, tout est intéressant !
Les documents que vous donnerez seront inventoriés par la Bibliothèque de la Faculté de théologie de Montpellier, puis déposés aux Archives départementales PierresVives qui en assureront la conservation : l’ensemble de ces documents est rassemblé dans un « Fonds d’archives protestantes ».
Chaque don que vous ferez sera numéroté et identifié par votre nom ; un exemplaire de l’inventaire de vos documents vous sera donné.
La confidentialité du contenu des documents est assurée puisque la loi prévoit un délai de 50 ans avant de communiquer des documents touchant à la vie privée des individus.

Alors n’hésitez pas à donner vos vieux documents pour les sauver ; faîtes-le savoir autour de vous.
Vous pouvez vous adresser directement à la bibliothèque de la Faculté dethéologie protestante de Montpellier (13, rue Louis Perrier – 34000 Montpellier)
Contact : 04 67 06 45 73 ; bibliothèque@iptmontp.org
ou bien vous renseigner ou les apporter lors des conférences de notre Société.

Nous comptons sur vous !

Depuis le lancement de cet appel, nous avons déjà reçu plusieurs réponses et plusieurs donations importantes : 

- Archives Francine Dumas (versées à la Bibliothèque du protestantisme français, Paris)
- Archives du pasteur Jean-Paul Gabus,
- Archives du pasteur André La Barbe,
- Archives du pasteur Roger Parmentier, 
- Archives du pasteur Jacques Terme,
- Archives anciennes de l’Eglise réformée de Sète,
- Archives de l'association de l'Aumônerie militaire de Montpellier,
Archives des familles Leenhardt et de Paul.

Merci de votre collaboration !

Vidéo-conférences sur le Patrimoine religieux de Montpellier

Le site internet PierresVives des Archives départementales de l'Hérault a mis en ligne les vidéos des conférences données au mois de mai 2014 sur le patrimoine religieux de Montpellier et de sa région.

Plusieurs professeurs de l'Université Paul-Valéry Montpellier III, spécialisés en histoire, se proposent de faire découvrir le patrimoine religieux de Montpellier, au long de ses mille ans d'existence. Située au carrefour d'influences diverses, notre cité a connu différentes confessions, dont elle a su s'enrichir, mais qui ont également donné lieu à des affrontements. Sur une voie de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, Montpellier a accueilli des populations juives, mais aussi des conversos et des morisques chassés d'Espagne.

Intervenants :

Michaël IANCU, Docteur en histoire, directeur de l'Institut maïmonide de Montpellier :
« Le patrimoine hébraïque montpelliérain médiéval : vestiges archéologiques (Espace cultuel hébraïque du XIIème siècle de la rue de la Baccalerie) et livresque ».

Serge BRUNET, Professeur d'histoire moderne à l'Université Paul-Valéry Montpellier III, Membre de l'Institut universitaire de France : 
« L'effacement d'un demi-millénaire d'architecture et d'art chrétiens ou initiation à une lecture "en creux" du patrimoine religieux montpelliérain, entre iconoclasme, destructions et reconstructions (XVIème-XVIIème siècle) ».

Françoise PELLICER, Maître de conférences d'histoire de l'art moderne à l'Université Paul-Valéry Montpellier III : 
« La représentation du patrimoine religieux entre Montpellier et Calvisson par les géographes du XVIIIème siècle. Encore un "non-paysage" ? "

Pierre-Yves KIRSCHLEGER, Maître de conférences d'histoire contemporaine à l'Université Paul-Valéry Montpellier III : 
« Le patrimoine protestant : un patrimoine méconnu ».

Les deux premières conférences sont disponibles sur le lien suivant :

Les deux dernières conférences sont disponibles sur le lien suivant :

Panorama de l'histoire et de la diversité protestante

Olivier Bauer, professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal, propose sur son site (www.olivierbauer.org) un très intéressant panorama de l'histoire et de la diversité du protestantisme.
Nous le reproduisons ici en raison de sa clarté et de sa simplicité : un outil utile !

Les pédagogues protestants

Grâce à l'aimable autorisation d'Anne RUOLT, historienne spécialiste dans le domaine de l'éducation, enseignante à l'Institut biblique de Nogent, auteur de nombreuses études et notamment d'une histoire des Ecoles du dimanche en France (éditions L'Harmattan, 2012) et d'une biographie du pasteur et pédagogue Louis-Frédéric François Gauthey (1795-1864) (éditions L'Harmattan, 2013), nous vous proposons ces portraits de pédagogues protestants.



Expositions

Frédéric BAZILLE

Vase de fleurs grenoble - Frédéric Bazille - Grenoble, musée de grenoble

Du 25 juin au 16 octobre 2016, le Musée Fabre de Montpellier accueille une exposition exceptionnelle consacrée à Frédéric Bazille, sous le titre "La jeunesse de l'impressionnisme".
Rassemblant la majeure partie des toiles de ce peintre protestant, originaire de Montpellier, l'exposition remet son oeuvre en perspective. Elle souligne surtout l'importance de la production d'un peintre au génie certain, emporté à l'âge de 28 ans lors des combats de la guerre franco-prussienne de 1870.

Inhumé au cimetière protestant de Montpellier, Frédéric Bazille est un peintre à (re)découvrir.

Liens utiles : 
- sur le site Cimetières de Montpellier :
la notice Frédéric Bazille,
la notice sur la famille Bazille,
la notice sur ses cousins des Hours-Farel.

__________________________
Max LEENHARDT

Le peintre Max Leenhardt occupe décidément le devant de la scène.
Après l'exposition du printemps 2011 à Alès (voir ci-dessous), après l'exposition de l'automne 2011 au Vigan (voir ci-dessous également), une nouvelle exposition a eu lieu cette année à Alès, au Musée du Colombier.

"Les Camisards, entre fuite et clandestinité"

Après avoir traité le thème des prisonnières de la tour de Constance pour la "Semaine cévenole 2011", le millésime 2012 sera consacré à deux nouveaux thèmes : celui du prêche au désert et celui de la fuite.
N’ayant pas d’autres choix que la clandestinité, les Huguenots ont continué à rendre leur culte au coeur des campagnes cévenoles ou bien se sont réfugiés en Suisse, en Allemagne ou en Angleterre.

Ces deux grands thèmes ont été traités au XIXe siècle par Max Leenhardt dans des tableaux de grands formats conservés aujourd’hui à Mialet, Montpellier et Aix-en-Provence. Le musée du Colombier propose de redécouvrir ces oeuvres à partir des études préparatoires et croquis du peintre pour comprendre la genèse de sa peinture d’une part et la vision héroïque de ces moments historiques.
Cette démarche, à la fois historique et artistique, est présentée par Isabelle Laborie, historienne de l’art, spécialiste des oeuvres de Max Leenhardt et commissaire de l’exposition.
Commissaire de l'exposition : Mme Isabelle Laborie.
_____________________________________
"Max Leenhardt (1853-1941), une collection d'oeuvres"

Rétrospective de l'oeuvre du peintre, à partir de toiles pour la plupart inédites et provenant de collections particulières : du 14 octobre au 18 novembre 2011, au Vigan, au château d'Assas, lieu culturel du Conseil général du Gard.
Commissaires de l'exposition : Numa Hambursin et Laurent Puech.
Pour une présentation de l'exposition, cliquer ici.

______________________________________
"Une femme camisard :
Marie Durand et les prisonnières de la tour de Constance,
l’hommage de Max Leenhardt"


La plus célèbre des prisons où furent enfermées des femmes pour « crime de religion » est assurément la Tour de Constance. Cet emprisonnement a inspiré des artistes dont le peintre montpelliérain Max Leenhardt (1853-1941), dans un tableau de très grand format les Prisonnières huguenotes à la Tour de Constance, Aigues-Mortes, exposé au Musée Fabre de Montpellier.
L’exposition du Musée du Colombier à Alès (28 février au 29 mai 2011) évoque cet épisode particulier à travers des dessins et études préparatoires encore inédits,  grâce aux prêts de collections particulières et du Musée du Désert.
Commissaire de l'exposition : Mme Isabelle Laborie.